“Tous entrepreneurs” une légende à débunker !

Jan 10, 2020

Depuis quelques années le grand public porte une attention toute particulière au monde de l’entrepreneuriat notamment grâce aux nouvelles professions hérités de la transition numérique et, à la démocratisation des programmes nationaux d’aide à la création d’entreprise.

Ce mouvement est d’ailleurs accentué chez nos jeunes qui, boudant de plus en plus les emplois dits traditionnels, se tournent tant bien que mal vers la création de leur propre emploi ou bien encore le fait de devenir “son propre patron”.

Mais alors, n’importe qui peut devenir entrepreneur me demanderez vous ?

Eh bien je vous répondrais sans hésitation que ce n’est pas le cas.

On pourrait d’ailleurs facilement croire (à tort) que l’activité d’entrepreneur en général est exaltante en tout point, qu’elle permet de devenir riche en en un temps record et que celle-ci procure une sensation de liberté comme nulle autre auparavant. Pourtant ce dont le grand public n’a pas toujours conscience c’est qu’un entrepreneur ne dégage quasiment aucun bénéfice au lancement de son activité alors qu’il y investit la majeure partie de son temps. Ce paradoxe des plus connus dans le monde de l’entrepreneuriat est pourtant une des plus grandes barrières filtrantes lors de la création d’une activité et une personne lambda préférera abandonner le projet car trop gourmand en ressources ou par simple manque de volonté.

Mais je vois que vous avez toujours cette envie d’entreprendre hein… Très bien alors on continue !

L’un des facteurs souvent relevé comme étant rédhibitoire est aussi le manque de confiance en soi car créer de la valeur demande de se mettre sur le devant de la scène et assumer ses victoires autant que ses échecs.

Effectivement, quand l’occasion se présente de discuter avec un créateur d’entreprise ce dernier ne vous dépeindra que les aspects les plus reluisants de son activité et non les 45 échecs consécutifs avant de réussir. Mais sachez une chose : aucun inventeur n’a eu de coup de génie il ne s’agit que de travail acharné, de tests multiples et d’échecs servant à préparer les futures victoires.

En bref l’image des entrepreneurs est souvent biaisée par des croyances généralisés. Le manque de volonté et de confiance en soi sont quant à eux les principaux facteurs d’abandon lors de la création d’une entreprise.

En effet, le statut d’entrepreneur nécessite une grande abnégation, une volonté de fer, une confiance totale en ses compétences ainsi qu’en son équipe (si équipe il y a).

Mais il ne faut pas abandonner tout espoir pour autant! Il faut seulement avoir conscience de la masse de travail que cela implique de devoir gérer une entreprise naissante ainsi que les coquilles qui peuvent apparaître lors de son développement et agir en conséquence.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *